Contrat de Rivière Meuse Aval & affluents
Place Faniel, 8
4520 Wanze
085/71.26.55

meuseavaltranspa 333x204

Cette interface est destinée aux partenaires du CRMA. Vous y trouverez  les PV des réunions et AG de nos divers comités locaux, ainsi que des courriers types destinés aux communes.

En cas d'oubli de votre identifiant et/ou mot de passe, veuillez contacter le CRMA au 085/71.26.55 ou par email : info[at]meuseaval.be
 

Recevez dorénavant notre newsletter en remplissant les champs ci-dessous:

 

* champ obligatoire
 

meuseaval logo

Aucun évènement à venir!

Pour toutes questions ou remarques vous pouvez contacter le CRMA soit par téléphone (les coordonnées de nos comités locaux sont dans la rubrique Contacts) ou en remplissant le formulaire de contact ci-dessous.

sos

SOS Environnement Nature est désormais accessible au 1718 (pour les francophones) ou au 1719 (pour les germanophones). Ce numéro fonctionne 24h/24 et 7j/7 . Il est accessible pour tout citoyen, service d’urgence ou toute entreprise, témoin d’une situation ou d’une activité portant atteinte à l’environnement ou à la nature en Wallonie.

Site internet : http://environnement.wallonie.be/sos.htm

Action Mehaigne

Action Mehaigne

 

Restauration d’un cordon rivulaire en bordure de la Mehaigne et du ruisseau de Mohéry à Moxhe Action réalisée par la ville d'Hannut.

Avec l’entrée en vigueur du décret du 4 octobre 2018, l’article D.42.1 du Code de l’eau prévoit notamment que « les terres situées en bordure d'un cours d'eau non navigable à ciel ouvert et servant de pâture, [soient] clôturées au plus tard le 1er janvier 2023 de manière à empêcher toute l'année l'accès du bétail au cours d'eau ».

En effet, l’accès du bétail au cours d’eau entraine de nombreuses conséquences négatives ayant un impact direct sur l’environnement telles que :

  • la destruction du couvert végétal des berges et ripisylves* ;
  • l’accentuation du phénomène d’érosion ;
  • le piétinement qui transfère le sol des berges vers le cours d’eau ;
  • l’enrichissement trop important, avec l’apport de sédiments ;
  • la transmission de maladies (infections, bactéries).

Article Mohery4

Dans ce contexte et avec la volonté de restaurer les berges de la Mehaigne et du ruisseau de Mohéry, une ripisylve a été plantée et une clôture a été rénovée et placée au-delà de la distance légale pour, entre autres, protéger les plants. Ce projet a été mené à bien par la Ville de Hannut en coopération avec Natagriwal et le Contrat de Rivière Meuse Aval. Plus de 1.000 plants (aulnes glutineux, cerisiers à grappes, saules à oreillettes et à trois étamines, sureaux noirs, viornes obier et noisetiers), issus de pépinières locales et, dans la mesure du possible, d’origine certifiée wallonne, poussent désormais le long des berges de ce cours d’eau, sous la forme d’un cordon rivulaire.

Article Mohery2    Article Mohery1

Un cordon rivulaire est un fragment linéaire boisé, buissonnant en milieu agricole, croissant le long des cours d’eau. Il s'agit d'un habitat naturel d'intérêt communautaire dont le statut en Wallonie est considéré comme dégradé.

Plusieurs chicanes et systèmes de franchissement ont également été installés permettant l’accès aux berges tant pour les pêcheurs que pour les promeneurs. Enfin, et même si nous nous trouvons le long d’un cours d’eau, un paillage a été envisagé pour protéger les plants des sécheresses printanières que nous connaissons depuis ces dernières années.

Article Mohery3

Ce projet, financé par le Programme wallon de Développement Rural (PwDR 2014-2020) et l’Union européenne (FEADER), entre dans le cadre du projet LIFE BNIP (Belgian Nature Integrated Project) qui vise, en partie, à restaurer et/ou créer 60 km de cordon rivulaire en zone agricole en Wallonie.

*Ripisylve : formation boisée qui occupe naturellement les espaces riverains des cours d’eau, à l’interface entre les lits majeur et mineur. Son fonctionnement est influencé par la proximité d’un cours d’eau, notamment à travers les processus d’inondation et d’érosion – déposition. De ce fait, sa composition en espèces est particulière.

Les principaux services écosystémiques associés à la ripisylve sont les suivants :

  • contrôle de l’érosion ;
  • lutte contre les inondations ;
  • protection de la qualité de l’eau ;
  • augmentation de la biodiversité des zones riveraines ;
  • productivité et diversité de l’écosystème aquatique ;
  • structuration du paysage.

(Guide de Gestion des ripisylves, SPW).

POUR PLUS D'INFOS :

Code de l’Eau - Wallonie : Code de l'Eau coordonné (wallonie.be)

L’interdiction de l'accès du bétail aux cours d'eau participe à la mise en œuvre de la Directive cadre sur l'Eau (2000/60/CE) : Directive 2000/60/CE du Parlement européen et du Conseil du 23 octobre 2000 établissant un cadre pour une politique communautaire dans le domaine de l'eau - Légifrance (legifrance.gouv.fr)

Guide de Gestion des ripisylve, SPW : Guide d'entretien des ripisylves (meuseaval.be)

Life BNIP https://www.life-bnip.be/fr/

17Mv0648Action Mehaigne

Suivi du franchissement par les poissons de la passe du Val Notre-Dame à Moha.

Action hors programme réalisée par l'Université de Liège et la société Profish Technology au printemps 2016

En mai 2016, l’Université de Liège, avec l’aide de quelques pêcheurs, réalisait une pêche électrique sur la Mehaigne à Moha. Les 50 poissons prélevés, appartenant à 12 espèces, ont été équipés d’un transpondeur. Objectif ? La Direction des Cours d’Eau Non Navigables du Service Public de Wallonie a chargé la société Profish Technology d’évaluer le fonctionnement de la passe à poissons située au Val de Notre-Dame. Celle-ci doit permettre aux poissons de la Mehaigne de contourner la centrale hydroélectrique  mise en service en juin 2012 à cet endroit fournissant une bonne partie des besoins en électricité de l’internat du même nom.

Pour ce faire, 4 antennes ont été installées sur le fond de la rivière : à l’aval de la centrale, dans le bras de rivière contourné, à la sortie et à l’entrée de la passe à poissons. Les transpondeurs dont ont été équipés les poissons sont des micro-puces capables de renvoyer le signal unique émis sous forme d’ondes magnétiques par les antennes. Ces dernières sont reliées à un ordinateur qui détecte et enregistre le passage des poissons marqués à proximité de celles-ci.

photo1

Photo 1 - Antenne ©Profish Technology

photo2

Photo 2 - Transpondeurs ©Profich Technology

En plus de ce dispositif, un détecteur muni d’une caméra a été installé au niveau de l’antenne située à l’aval afin de compléter les informations recueillies.

Sur les 50 poissons marqués, 33 ont été détectés au cours de la période d’étude qui s’est terminée le 28 juin 2016. Les deux tiers de ces individus l’ont été dans le bras de rivière contourné et sont pour la plupart, Barbeau et Chevaine mis à part, des espèces caractéristiques des zones calmes de nos cours d’eau.

Ce pourrait être dû à une faible attractivité pour les poissons du bief de la centrale hydroélectrique voire de l’entrée de la passe à poissons, ou au contraire à une forte attractivité du bras de rivière contourné.

5 poissons marqués appartenant à 3 espèces aux capacités de nage assez différentes (3 Barbeaux, 1 Carpe et 1 Gardon) ont franchi la passe au cours de la période de fonctionnement du dispositif de suivi et au moins 2 (1 Carpe et 1 Chevaine) l’ont tenté sans y parvenir.

photo4

Photo 4 - Compteur ICHTYOS ©Profish Technology

photo6

Photo 5 - Centrale hydro Val Notre-Dame ©GAL Burdinale Mehaigne

Ces résultats doivent être nuancés car le nombre de poissons concernés par ce suivi est faible. La période d’étude assez tardive a pu se traduire chez les poissons marqués par une faible impulsion migratoire. De plus, elle a été marquée par une crue qui a temporairement perturbé les mesures.

Le compteur équipé d’une caméra a quant à lui permis de recenser 131 poissons de plus de 10cm (le dispositif ne permettant pas de détecter les individus plus petits) appartenant à 9 espèces, le Chevaine, la Brème et le Gardon, comptant pour près de la moitié d’entre eux. Des Brochets et des Carpes de belle taille ont été observés, de même qu’un Sandre. 16 poissons marqués ont également transité par le compteur.

photo6

17Mv0648Action Mehaigne

Création d'un sentier de promenade le long de la Mehaigne à Moxhe.

Action hors programme réalisée par l'asbl Moxhe au Fil de l'Eau en mai 2019

Le 19 mai dernier, l’asbl Moxhe au Fil de l’Eau, organisatrice des balades en barque sur la Mehaigne, inaugurait un sentier de promenade long d’environ 1km sous le nom de Sentier de la Mouhagne.Le 19 mai dernier, l’asbl Moxhe au Fil de l’Eau, organisatrice des balades en barque sur la Mehaigne, inaugurait un sentier de promenade long d’environ 1km sous le nom de Sentier de la Mouhagne.

photo1

Photo 1 - Sentier de la Mouhagne

photo2

Photo 2 - Sentier de la Mouhagne

Cet événement est l’aboutissement d’un long travail des bénévoles de l’association mené depuis 2017 dans le cadre du Plan Communal de Développement de la Nature, en collaboration avec la ville de Hannut, les propriétaires et exploitants agricoles des parcelles concernées, la pépinière domaniale de Marche-les-Dames et la Province de Liège.

Pour ce faire, près de 200 piquets de clôtures, 1800 plants de haie et plançons de saule et 3 caillebotis en bois auront été nécessaires.

Le sentier ainsi aménagé permet aux promeneurs de relier le Pont de la Solive au Sentier de la Meunerie, en cheminant entre des prairies inondables de grand intérêt biologique et un tronçon de la Mehaigne préservé. Les clôtures installées empêchent également le bétail d’accéder à la rivière. Deux panneaux d’informations complètent le dispositif dans l’objectif, poursuivi par l’association, de sensibiliser tant les habitants du village que les visiteurs à l’importance de ce patrimoine et à la nécessité de sa protection.

photo4

Photo 4 - Sentier de la Mouhagne

photo3

Photo 3 - Sentier de la Mouhagne