Contrat de Rivière Meuse Aval & affluents
Place Faniel, 8
4520 Wanze
085/71.26.55

meuseavaltranspa 333x204

Cette interface est destinée aux partenaires du CRMA. Vous y trouverez  les PV des réunions et AG de nos divers comités locaux, ainsi que des courriers types destinés aux communes.

En cas d'oubli de votre identifiant et/ou mot de passe, veuillez contacter le CRMA au 085/71.26.55 ou par email : info[at]meuseaval.be
 

Recevez dorénavant notre newsletter en remplissant les champs ci-dessous:

 

* champ obligatoire
 

meuseaval logo

Aucun évènement à venir!

Pour toutes questions ou remarques vous pouvez contacter le CRMA soit par téléphone (les coordonnées de nos comités locaux sont dans la rubrique Contacts) ou en remplissant le formulaire de contact ci-dessous.

sos

SOS Environnement Nature est désormais accessible au 1718 (pour les francophones) ou au 1719 (pour les germanophones). Ce numéro fonctionne 24h/24 et 7j/7 . Il est accessible pour tout citoyen, service d’urgence ou toute entreprise, témoin d’une situation ou d’une activité portant atteinte à l’environnement ou à la nature en Wallonie.

Site internet : http://environnement.wallonie.be/sos.htm

Action CRMA

17Mv0955Action CRMA

 

Panneaux déchets Action réalisée par le CRMA.

Les déchets dans les cours d’eau font partie des problématiques récurrentes des Contrats de Rivière en Wallonie. Outre les actions de nettoyage, l’envoi personnalisé de courriers de sensibilisation et les articles sur la pollution des cours d’eau, le CRMA a proposé aux communes partenaires de placer des panneaux didactiques pour informer les riverains sur l’importance de bien gérer leurs déchets ménagers et leurs déchets verts.

Les déchets résiduels et inertes (plastiques, déchets de construction, verres, emballages…) provoquent des pollutions bien connues :

> Empoisonnement et modification du milieu

Conséquences : diminution de la biodiversité, modification des habitats, pollution des océans (80% de ces déchets y finissent leur course), augmentation des obstacles au bon écoulement des eaux et à la  circulation de la faune…

> Pollution : visuelle et olfactive

Conséquence : modification et dégradation du paysage et du patrimoine naturel.

Les déchets verts et organiques, bien que biodégradables, causent également de graves déséquilibres environnementaux lorsque qu’ils sont rejetés dans les cours d’eau :

> Eutrophisation : déséquilibre en nutriments

Conséquences : uniformisation de la flore aquatique (par la prolifération des plantes aquatiques aimant les milieux eutrophes) et appauvrissement du milieu en oxygène, diminution de la biodiversité, modification des caractéristiques du cours d'eau et développement des espèces exotiques envahissantes.

> Asphyxie des plantes de berges

Conséquences : destruction des racines qui maintiennent le sol et stabilité des berges menacée.

> Pollution : olfactive et visuelle

Conséquence : modification et dégradation du paysage et du patrimoine naturel.

17 communes partenaires ont répondus positivement à cette campagne de sensibilisation, partiellement financée par le Service Environnement et Infrastructures de la Province de Liège.

36 panneaux de sensibilisation ont déjà été placés au niveau des zones présentant continuellement des déchets (tontes de pelouse, restes de repas, mélanges d’ordures résiduelles…), dans 10 communes : Aubel, Dalhem, Eghezée, Flémalle, Modave, Neupré, Saint-Georges-sur-Meuse, Soumagne, Wanze et Wasseiges.

photo2

Et donc que faire de ces déchets ?

Plusieurs possibilités :

  • Se débarrasser de ces déchets via la collecte en porte à porte d’Intradel et du BEP (conteneurs à puce et sacs pour certaines communes)
  • Les emmener au Recyparc
  • Composter les déchets verts et organiques sur sa parcelle à plus de 6m des cours d’eau afin de les transformer et de les utiliser pour nourrir parterres de fleurs et potager au jardin !
Rappel : Le rejet de tout déchet dans l’environnement peut être sanctionné d’une amende allant de 100 à 100.000 euros.

 

17Mv0955Action CRMA

 

Lutte contre les dépôts de déchets sur les berges des cours d’eau.

Action réalisée par la DCENN.

Conformément à leurs missions déterminées par le Code de l’Eau, les gestionnaires de cours d’eau doivent veiller au maintien, voire à la restauration du bon état des berges des rivières. En tant que gestionnaire des cours d’eau de 1ère catégorie, la Direction des Cours d’Eau Non Navigables (DCENN) du Service Public de Wallonie est particulièrement attentive à cet objectif qui participe à l’amélioration de la qualité de l’environnement.

photo1

Photo 1 - Dépôts de déchets sur la berge

photo2

Photo 2 - Dépôt de déchets verts

Pourquoi agir contre les dépôts de déchets sur les berges des cours d’eau ?

D’une part, les dépôts de déchets en tout genre détériorent la végétation en place et menacent en conséquence la stabilité de la berge. Ceci pourrait donc nuire à l’atteinte ou au maintien d’un bon état des cours d’eau.
Par ailleurs, lorsqu’il s’agit de déchets verts (comme les tontes de pelouse, par exemple), ces dépôts, une fois décomposés, favorisent la prolifération de plantes pas toujours désirées (orties, …). D’autre part, les dépôts de déchets peuvent augmenter le risque d’inondation s’ils sont emportés par une montée des eaux et créer un obstacle à l’écoulement en formant un embâcle.
Voilà pourquoi, lors des tournées de surveillance et d’inventaire des cours d’eau, lorsque des dépôts sont constatés, la DCENN envoie un courrier d’information et de sensibilisation aux riverains, afin de leur expliquer les nuisances engendrées, et les inviter à procéder au retrait et à l’évacuation des déchets entreposés.
Lorsque, malgré cette invitation, les riverains refusent de collaborer, un avertissement peut être dressé, pouvant éventuellement donner lieu à des poursuites judiciaires (en application de l’article D.408 du Code de l’Eau).

photo1

Photo 3 - Dépôt de déchets verts

photo4

Photo 4 - Dépôt de tontes de pelouse

Actions réalisées – résultats

En 2018, sur le périmètre du bassin de la Meuse Aval, 250 courriers concernant l’identification de dépôts de déchets sur les berges des cours d’eau de 1ère catégorie ont été envoyés aux propriétaires riverains. La DCENN s’est basée principalement sur l’inventaire des points noirs réalisé par le Contrat de Rivière Meuse Aval.
Certains de ces courriers ont donné lieu à des contacts directs (surtout téléphoniques), ce qui a permis de fournir aux riverains destinataires de plus amples informations en réponse. Cependant, beaucoup de riverains réagissent en remédiant à la situation, sans contact avec les services de la DCENN. En effet, lors de la mise à jour de l’inventaire des points noirs par les comités locaux du contrat de rivière en 2019, la résolution de plus de 50 % des dépôts de déchets précédemment relevés sur le bassin du Geer a été enregistrée.
L’information est donc primordiale pour conscientiser tout un chacun à son impact sur l’eau et remédier aux atteintes observées sur les cours d’eau.

Source : Stéphanie VANDRESSE, Attachée qualifiée DCENN avec le concours de Jean-Paul LECRON, Surveillant DCENN

photo(

Photo 5 - Dépot de déchets verts

photo6

Photo 6 - Tontes de pelouse en bordure de cours d'eau

HPAction CRMA

Les chantiers de gestion des balsamines de l’Himalaya, c’est fini pour 2019 !

Action réalisée par le CRMA.

Comme chaque été, les coordinateurs du CRMA, aidés par 7 étudiants jobistes, ont chaussé leurs bottes et enfilé leurs gants pour traquer cette « Espèce Exotique Envahissante » inscrite
officiellement sur la liste du règlement européen en la matière depuis juillet 2017.

Gestionnaires de cours d’eau et ouvriers communaux ont également mis la main à la pâte.

Pour rappel, les balsamines de l’Himalaya sont des plantes annuelles très dynamiques qui produisent de petites graines bien adaptées à la dispersion par l’eau. Chaque plante peut produire jusqu’à 800 graines qui peuvent rester jusqu’à 4 ans en dormance dans la terre !

Ornées de jolies fleurs roses, elles peuvent atteindre 2,5 mètres de haut et forment des massifs denses qui étouffent la flore indigène. Leur système racinaire, peu développé, joue également un rôle dans la fragilisation des berges de nos cours d’eau.

photo1

photo2

Si nous axons principalement nos travaux le long des berges des cours d’eau, l’équipe a presté pas mal d’heures sur des propriétés privées car aucune gestion n’y est menée par les propriétaires de ces sites malgré nos sollicitations et l’obligation européenne. Ces sites laissés en l’état compromettent fortement les efforts menés de longue date.

En effet, ces chantiers de gestion menés à l’échelle du bassin, sont coordonnés par le Contrat de Rivière Meuse Aval depuis 2012, et les résultats sont probants.

Au fil des années, les populations sont de moins en moins denses et plusieurs ont complètement disparu !

Bilan 2019 en chiffres de nos chantiers de gestion

 Totale des heures prestées  1.260 heures
 Heures prestées par les coordinateurs du CRMA  385 heures
 Nombre d’étudiants engagés  7
 Budgets du CRMA pour l’engagement des étudiants  9.000 €
 Nombre de kilomètres de cours d’eau sous gestion  175 km

Balsamine Gueule 2019 3

Bon à savoir :


Les plantes invasives représentent 13% des atteintes relevées lors de nos inventaires.
Les balsamines, à elles seules, représentent 7,5% des atteintes soit plus de la moitié des plantes invasives répertoriées !

HPAction CRMA

Mise en place d’une cellule Risque Environnemental et Technique par la Zone de Secours Hesbaye.

Action réalisée par la Zone de Secours Hesbaye.

À la suite de l’importante pollution survenue en 2018 sur la Mehaigne, la Zone de Secours Hesbaye a souhaité mettre en place une cellule capable de faire face à ce type d’événement. Cette cellule a pour principal objectif de stabiliser un incident de type « pollution » (hydrocarbure/chimique) et si possible, dans un second temps, de finaliser l'intervention. Dans le cas contraire, la zone de secours a recours à une entreprise de dépollution.

photo1

photo2

Outre la formation de plusieurs pompiers (sapeurs et sous-officiers), la mise en place de cette
nouvelle cellule a également requis les investissements suivants :

  • Achat d’une citerne 12.000 l avec rampe de dispersant ;
  • Achat de boudins absorbants ;
  • Achat de bacs de rétentions ;
  • Achat de feuilles absorbantes ;
  • Achat de boudins de rétentions ;
  • Achat de coussins obturateurs ;
  • Achat d’une pompe d’épuisement d’hydrocarbures ;
  • Achat de tapis obturateur d’égout ;
  • Achat de grains absorbants (Oe lex 82) ;
  • Coins/cônes/bâches, …

Pour la Zone 1(*), deux citernes avec rampe pour le nettoyage de route sont également disponibles.
La Zone de Secours Hesbaye est désormais en mesure de pouvoir intervenir pour :

  • Des pollutions de longues distances (plusieurs KM autoroutiers) ;
  • Des pollutions « de type flottantes » sur cours d’eau ;
  • Des pollutions sur accidents (moto/voiture/camion, …) avec vidange des réservoirs ;
  • Des pollutions sur citerne à mazout dans des caves, ...

Pour essayer de cibler les besoins en matériel, elle a pris des renseignements au Service Public de
Wallonie (SOS Environnement Nature), au Contrat de Rivière Meuse Aval, à la Protection Civile de
Crisnée, auprès des Pompiers de Verviers et auprès de Spa Monopole.
(*) Remicourt, Oreye, Waremme, Donceel, Verlaine, Faimes, Burdinne, Braives, Wasseiges, Lincent,
Hannut, Geer et Berloz

photo1

photo4

POUR RAPPEL, EN CAS DE POLUTION FAITES LE 1718

En cas de pollution, un seul réflexe ! Composez le 1718 et localisez le plus précisément possible le lieu des faits ainsi que leurs caractéristiques (aspect, couleur, odeur, conséquences, mortalité de la faune, origine supposée). Enfin, laissez vos coordonnées, afin que l’agent de garde de SOS Environnement Nature puisse au besoin vous recontacter.

Cette procédure est la plus rapide et la plus efficace. Bien que votre contrat de rivière puisse s’en charger, un contact direct évite les intermédiaires, les pertes de temps et d’informations.

Un post indigné sur votre réseau social préféré a peu de chances d’aboutir à une action concrète…